CP affiche du film " Assassin habite au 21 " Pierre FRESNAY Suzy DELAIR Larquey

EUR 2,00 Achat immédiat 16d 12h, EUR 1,12 Livraison, Garantie client eBay

Vendeur: gbtdom (1.981) 100%, Lieu où se trouve: Aiserey, Lieu de livraison: Worldwide, Numéro de l'objet: 123521328552 Regardez mes autre ventes sur le même thèmeVoir SCANs pour vérifier l'état de la CP L'assassin habite au 21 est un film français réalisé par Henri-Georges Clouzot, sorti en 1942, adapté du roman policier du même nom de l'auteur belge Stanislas-André Steeman, publié en 1939.Un clochard, qui vient de gagner une forte somme à la loterie, est la cinquième victime d’un mystérieux assassin qui signe ses crimes d’une carte de visite au nom de Monsieur Durand. Le commissaire Wenceslas Vorobeïtchik, appelé par tous Wens, se voit donner deux jours pour l’arrêter. Mila Malou, son amie, veut être engagée par un imprésario, qui lui fait comprendre que si elle avait son nom dans le journal, comme Monsieur Durand, il l’engagerait. Elle a alors l’idée d’arrêter celui-ci. L’assassin tue encore. Mila est arrêtée alors qu’elle est en chasse de Monsieur Durand et finit par demander qu’on appelle Wens. Un agent veut arrêter un homme ivre, perché sur un bec de gaz, qui vient de l’injurier. Il tire sur ses habits, pour le faire descendre. Il déchire ainsi la poche de sa veste d’où tombe, sans qu’il ne s’en rende compte, un lot de cartes aux noms de Monsieur Durand. Au commissariat Wens reconnaît l’homme, Turlot, à qui il a déjà eu affaire. Il lui apporte l’adresse de Monsieur Durand, une pension au 21 avenue Junot. Cette adresse il l'a découverte grâce aux cartes, que Wens a ramassées, et qu'il sort d’un chiffonnier qu'il a récupéré à la pension. Wens laisse à Mila une lettre à remettre au préfet, sous deux jours, et lui révèle qu’il espère arrêter Monsieur Durand. La pension est dirigée par Mme Point, la gérante, pour qui travaillent Armand et Juliette. Au matin, le salon accueille les pensionnaires : Collin, un petit artisan, Mlle Cuq, une romancière toujours pas publiée, le docteur Linz, un ancien de la coloniale, boiteux, et Lalah-Poor, un fakir. Se présente le pasteur Lester, qui n'est autre que Wens, qui cherche une chambre. Mila ouvre la lettre pour le préfet. Wens croise les derniers pensionnaires, Kid Robert, un ancien boxeur aveugle et son infirmière, Vania. Feignant de s’être trompé de porte, Wens entre chez Collin, qui fabrique des pantins sans visage comme l’assassin sans visage, Monsieur Durand. Il apprend de lui que Linz a été poursuivi pour une affaire d'avortements et que Lalah-Poor, sans engagement depuis des mois, doit vivre d’affaires louches. Wens va voir Lalah-Poor puis, en entrant dans sa chambre, découvre Linz en train de fouiller sa valise. Au repas, Wens découvre que Mila est là. Le repas fini, les pensionnaires discutent. Mlle Cuq annonce qu’elle va désormais écrire des romans policiers. À propos du choix du nom de son héros, Linz propose celui de Durand et se lance, suivant une de ses habitudes, dans le panégyrique de celui-ci. Collin qualifie Monsieur Durand de monstre. Lalah-Poor annonce que c’est lui Durand et pour le prouver tue le serin dans sa cage et le fait ressusciter. Mlle Cuq annonce qu’elle a son idée de roman. Elle décrit exactement, sans le savoir, la situation que vit justement Wens et que son roman se poursuit par un meurtre horrible. Le préfet, qui discute avec les supérieurs de Wens de sa disparition, reçoit un appel de Monsieur Durand, qui lui donne l'adresse de la pension, où il annonce vivre, et lui dit que les policiers y trouveront un cadavre encore chaud. À 0 h 13, les pas d’un boiteux se font entendre dans l’escalier de la pension. Dans le noir, Mila assomme l’homme qui s’introduit dans sa chambre. Découvrant que c’est Wens, elle réveille par ses cris tout le monde et leur apprend par inadvertance son vrai nom. On sonne à la porte, c’est le supérieur de Wens, Monet, et d’autres policiers. Vania découvre dans la salle de bain le cadavre de Mlle Cuq, morte avec près d’elle un papier portant la mention Monsieur Durand. Il provient de la manchette d’un journal retrouvé chez Linz, mais que seul Collin lit. Le meurtre a été commis avec un scalpel. Monet est convaincu que c’est le docteur Linz le coupable. Wens annonce que c’est une erreur. Il prouve que les pas entendus dans la nuit n’étaient pas ceux de Linz. La victime a été vue la dernière fois en vie à 11 h. À 11 h et demie, Vania a vu Collin entrer dans la salle de bains, ce que confirme Lalah-Poor. Collin dit y être allé pour prendre un bain. Wens le fait déshabiller et l’arrête car il avait les pieds sales. Mila se prépare à être interrogée par les journalistes, quand Wens lui lit le journal où c’est à Monet que la presse attribue l’arrestation. On sonne à la porte. Wens va ouvrir et reçoit dans ses bras le cadavre d’une nouvelle victime de Monsieur Durand. Monet libère Collin et arrête Linz, qui est interrogé. Wens va voir Vania qui lui avoue qu’elle a dénoncé Collin poussée par Lalah-Poor. Elle lui apprend qu’il vient d’être engagé dans un cabaret, à la suite du bruit fait par l’affaire. Dans sa loge, le fakir reçoit un journaliste à qui Linz avoue être Monsieur Durand. Alors que Wens vient d’entrer dans la salle et que Lalah-Poor est sur scène, le journaliste y est retrouvé dans une malle, victime de Monsieur Durand. Lalah-Poor est arrêté mais est innocenté lorsque Monsieur Durand fait une 13e victime pendant qu'il est en prison. Wens et Mila sont invités par Mme Point pour une petite fête organisée pour fêter la libération de ses pensionnaires. Mila va y chanter. Le soir de la fête, dans la « loge » de Mila, en lisant le programme de la soirée où il est inscrit que Collin, Linz et Lalah-Poor joueront ensemble un trio de Beethoven, Wens a une illumination et lui annonce qu’il a trouvé qui est Monsieur Durand. Il lui demande de garder le secret. Il va téléphoner. Mila apprend à Vania et Lalah-Poor ce qu’il va faire. Le fil du téléphone est coupé. Mila commence à chanter et comprend ce qu’a découvert Wens. Elle l’annonce à Armand et Vania avant de partir sauver Wens… Fiche techniqueTitre : L'assassin habite au 21Réalisation : Henri-Georges ClouzotScénario et adaptation : Henri-Georges Clouzot, d'après L'assassin habite au 21 de Stanislas-André SteemanDialogues : Henri-Georges Clouzot (non crédité)Images : Armand ThirardDécors : André AndrejewSon : William-Robert Sivel (non crédité)Montage : Christian Gaudin (non crédité)Musique : Maurice YvainProduction : Alfred Greven (non crédité)Société de production : Continental-Films, LioteSociété de distribution : Films Sonores Tobis (1942), Mage Films (1947)Pays d'origine : Drapeau de la France FranceLangue : françaisFormat : 1,37:1 - Noir et blanc - Son Mono (enregistrement Western Electric Wide Range)Genre : policier, thriller, comédieDurée : 84 minutesDate de sortie :France : 7 août 1942 (Paris1)Suède : 11 octobre 1943Italie : 1er avril 1947États-Unis : 16 août 1947Classification cinématographique en France : tous publics2DistributionPierre Fresnay : le commissaire Wens (Wenceslas Vorobeïtchik… orthographié Vorobietchik sur la porte de son bureau) et le pasteur Robert LesterSuzy Delair : Mila Malou, la chanteuse, petite amie du commissaireJean Tissier : Lalah-Poor, le fakirPierre Larquey : Collin, le petit artisanNoël Roquevert : le docteur Théodore Linz, l'ancien médecin de la colonialeOdette Talazac : Mme Point, gérante de la pensionMarc Natol : Armand, valet de chambre de la pension de familleLouis Florencie : le commissaire Monet, le supérieur de WensAndré Gabriello : Pussot, agent de police qui arrête TurlotRaymond Bussières : Jean-Baptiste Turlot, le mauvais garçonHuguette Vivier : Vania, l'infirmière de Kid RobertMaximilienne : Mlle Cuq, la romancière, vivant dans la pensionJean Despeaux : Kid Robert, l'ancien boxeur aveugleRené Génin : Alfred, le clochard qui a gagné à la loterieSylvette Saugé : Christiane Perret, la « poule » du bistrot qui s'intéresse à AlfredRené Blancard : Picard, un inspecteurMarcel Pérès : Ballandieu, un inspecteurLéon Belières : Christophe, imprésario musicalLucien Blondeau : Édouard, le préfet de policeAntoine Balpêtré : Albert, le ministre de l'IntérieurLéon Larive : le patron du bistrotPaul Barge : Ernest, le garçon du bistrotGustave Gallet : Le directeur de la Police judiciaireGuy Sloux : Bob Destirac, le journaliste assassinéMaurice Marceau : un type au bistrotYves Montand : le type qui cause à Alfred.(reconnaissable à son accent)André Varennes : le brigadier de gendarmerieHenri Vilbert : l'agent qui se fait cracher sur ses chaussuresMaurice Salabert : un agentAlbert Malbert : le chauffeur de taxiMartial Rèbe : le caissier sur le chantierGéo Forster et Alfred Greven les agents cyclistesDaniel Gélin : un inspecteur lors de l'arrestation finaleÉvelyne Séjourné : Juliette, la femme de chambreLe filmDans le roman original de Stanislas-André Steeman, l’action se déroule à Londres et l'enquête est menée par le superintendant Strickland. Cependant, pour son adaptation au cinéma, le romancier et Henri-Georges Clouzot décident de la situer à Paris et l'enquête est menée par le commissaire Wens. Les personnages évoluent dans une petite pension de famille nommée « Les Mimosas » ayant pour adresse le 21 avenue Junot à Montmartre, dans le 18e arrondissement. Enfin, l’assassin ne signe plus ses forfaits du nom de « Mr Smith », mais de « Monsieur Durand ». Outre les changements concernant les noms des personnages et leur nombre, l'une des grandes différences avec le roman est que dans ce dernier, les policiers enquêtent « de l'extérieur ». La seule tentative d'enquêter de l'intérieur a été faite par une tentative de demander à M. Julie de relater ce qu'il voit et entend dans la pension de famille, mais M. Julie est assassiné par le tueur le soir même de son arrivée. Dans le roman, celui qui découvre la vérité n'est pas un policier, mais Mr Crabtree, l'un des suspects et pensionnaire de la pension de famille. CommentaireDès son premier film, Clouzot impose sa vision noire et pessimiste du monde. La tension dramatique va crescendo, jusqu'à l'ultime seconde. La mise en scène est nerveuse. Clouzot offre une galerie de personnages bien typés, aidé en cela par des comédiens talentueux. Mais le cinéaste n'épargne pas pour autant les personnages qu'il croque : les habitants de la pension des Mimosas sont dépeints sans concession et les dialogues sont caustiques et percutants. Pierre Laudenbach, dit Pierre Fresnay, est un acteur français né le 4 avril 1897 à Paris 5e et mort le 9 janvier 1975 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)1. En quarante ans sur les plateaux de tournage, il joue sous la houlette de grands réalisateurs de l’époque, de Maurice Tourneur et Abel Gance à Jeff Musso, en passant par Marc Allégret et Alfred Hitchcock (dans la première version de L’Homme qui en savait trop en 1934), et Henri-Georges Clouzot. Outre son rôle de Marius dans la trilogie marseillaise, ses compositions dans La Grande Illusion (1937) où il incarne Boëldieu, un aristocrate fier et nostalgique, et dans Le Corbeau (1943), sont restées dans les mémoires.Fils de Jean Henri Laudenbach (né en 18552), professeur de philosophie, et de Désirée Claire Dietz (1870-1960), Pierre Fresnay monte sur scène pour la première fois à quatorze ans. Grâce à son oncle maternel Claude Garry, ex-pensionnaire de la Comédie-Française et acteur en vogue de l’époque, il joue un petit rôle dans L’Aigrette, au Théâtre Réjane. C'est à cette occasion qu’il choisit son premier nom de scène, Pierre Vernet. En 1914, il fait son entrée au Conservatoire national de musique et de déclamation, dans la classe de Paul Mounet et de Georges Berr. Un an plus tard, il est engagé à la Comédie-Française3. Dès 1915, il décroche un premier grand rôle au théâtre dans Le Jeu de l’amour et du hasard. La même année, il débute au cinéma muet avec France d’abord, d’Henri Pouctal. CarrièrePierre Fresnay passe ensuite au cinéma parlant et interprète un rôle majeur en 1931 dans Marius, premier volet de la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol transposée à l’écran par Alexandre Korda. Il interprète ensuite Fanny (1932) et César (1936). En 1934, il joue Armand Duval au côté d’Yvonne Printemps, qui est sa compagne, dans La Dame aux camélias, de Fernand Rivers. Sa diction incisive4 lui confère des rôles d’hommes de commandement : officier dans La Grande Illusion de Jean Renoir (1937) et Alerte en Méditerranée de Joannon, en inspecteur dans deux adaptations des romans de Stanislas-André Steeman, Le Dernier des six (1941) et L'assassin habite au 21 (1942), en marquis dans Les Aristocrates (1955). Il interprète aussi des journalistes (La Bataille silencieuse de Pierre Billon, en 1934 et Le journal tombe à cinq heures, de Georges Lacombe, en 1942), un bagnard dans Chéri-Bibi, un homme d’église dans Dieu a besoin des hommes (1949) et Le Défroqué (1954) et dans Il est minuit, Docteur Schweitzer (1952) et même en saint Vincent de Paul dans Monsieur Vincent (1947). À la fin de sa carrière cinématographique, il passe au registre comique, dans Les Affreux (1959) et dans Les Vieux de la vieille (1960). En quarante ans sur les plateaux de tournage, il joue sous la houlette de grands réalisateurs de l’époque, de Maurice Tourneur et Abel Gance à Jeff Musso, en passant par Marc Allégret et Alfred Hitchcock (dans la première version de L’Homme qui en savait trop), et Henri-Georges Clouzot. Outre son rôle de Marius dans la trilogie marseillaise, ses compositions dans La Grande Illusion, où il incarne Boëldieu, un aristocrate fier et nostalgique, et dans Le Corbeau, sont restées dans les mémoires. En 1939, il passe à la réalisation avec Le Duel, aux côtés d’Yvonne Printemps ; Le film ne sort qu'en 1941. Le couple Printemps-Fresnay apparaît à de nombreuses reprises à l’écran et triomphe dans l'adaptation de l'opérette d'Oscar Straus, Trois valses (L. Berger, Albert Willemetz, 1938). Sous l'État français, il prend la direction de la première sous-commission du COIC, instance de décision financière et de censure du cinéma au sein du Comité d'organisation5. À la Libération, les films qu’il avait tournés sous l’Occupation pour le compte de la firme allemande Continental films, dirigée par Alfred Greven, et sa décoration de la Francisque lui valent un séjour de six semaines au Dépôt6,7, jusqu’à ce qu’il soit blanchi pour absence de preuves. George Adam écrit alors dans Les Lettres Françaises du 2 juin 1945 : « M. Pierre Fresnay n'étant pas sur la paille, puisqu'il a gagné pas mal d'argent sous l'occupation, pouvait vivre à la campagne ; il serait peut-être parvenu ainsi à faire oublier que cet argent a été gagné par une collaboration active avec la Continentale, société de films purement boche. »8 En 1950, il adhère à l'Association des amis de Robert Brasillach9. Campant après-guerre des personnages sérieux, voire édifiants, dans des films de portée secondaire, il abandonne le cinéma au début des années 1960, pour se consacrer exclusivement au théâtre, qu’il n'a jamais vraiment abandonné. Sociétaire de la Comédie-Française qu’il avait quittée avec fracas en 1927, il s’illustre sur les planches notamment dans Un miracle, La Chienne aux yeux de femme, Cyrano de Bergerac, Marius, Bloomfield, Cette vieille canaille, Jean III, L'Hermine, L’Idée fixe, Visitation. À la télévision, il interprète notamment Tête d'horloge (1969) de Jean-Paul Sassy. En 1954, il publie ses mémoires, Je suis comédien. Vie privée et mort Tombe de Pierre Fresnay et d'Yvonne Printemps au cimetière de Neuilly-sur-Seine.Pierre Fresnay se marie le 7 mai 1918 avec Rachel Berendt (Marie Monique Arkell), jeune condisciple au Conservatoire et comédienne de l’Odéon ; le couple divorce en 1920. Il se remarie le 20 avril 1929 avec Berthe Bovy, comédienne d’origine belge (née en 1887 à Liège) de dix ans son aînée ; le couple se sépare la même année, leur divorce n'aurait été finalisé qu'en 1932. Il devient ensuite le compagnon d’Yvonne Printemps, de 1932 à sa mort le 9 janvier 1975. Ils sont enterrés ensemble au cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine. En décembre 1974, Pierre Fresnay est victime d'une crise cardiaque qui le plonge dans le coma4. Il meurt des suites de problèmes respiratoires à l'âge de 77 ans, le 9 janvier 19754 à Neuilly-sur-Seine et est inhumé au cimetière municipal de la ville. Dans son autobiographie (My Name Escapes Me), l'acteur britannique Alec Guinness rapporte que Fresnay était son acteur favori10,4. Pierre Fresnay était l'oncle de Roland Laudenbach (fondateur des éditions de La Table Ronde) et également celui de l'acteur Philippe Laudenbach. FilmographieCinémaActeur1915 : France d'abord d'Henri Pouctal1915 : Quand même d'Henri Pouctal1920 : L'Essor de Charles Burguet, ciné-roman tourné en 10 épisodes de 1 000 m - La Joie d'aimer, Le Trimardeur, Le Regard de l'aigle, Le Rhin, Le Cirque, Les Ramoneurs, Dans le sac, Les Romanichels, Les loups se mangent entre eux, L'Espérance1922 : Les Mystères de Paris de Charles Burguet, ciné-roman tourné en 12 épisodes (12 070 m) - Le Tapis franc, La Femme de Bouqueval, Les Justiciers, Le Ménage Pipelet, Les Suites d'un bal à l'ambassade, Misère, Le Martyre de Louise Morel, L'Étude de maître Ferrand, L'Île du ravageur, Le Maître d'école et la Chouette, Celle qui venge, Son altesse Fleur de Marie : François Germain1922 : Le Diamant noir d'André Hugon, tourné en deux époques - Le Calvaire d'une innocente (1 550 m) et L'Amour rédempteur (1 720 m) : Bouvier1922 : La Baillonnée de Charles Burguet, ciné-roman tourné en 7 épisodes (5 025 m) - Entre deux haines, La Nuit douloureuse, Les Sans-pitié, Le Guet-apens, L'Impossible Amour, Un drame en mer, Le Droit de la mère : Raymond Mégret1922 : Les Premières Armes de Rocambole de Charles Maudru (2 080 m) : Jean Robert, le fils répudié du comte1922 : Molière sa vie, son œuvre de Jacques de Féraudy1922 : Le Petit Jacques de Georges Raulet et Georges Lannes, tourné en deux époques (3 300 m) - Un meurtre, Le martyr de Rambert : Paul Laverdac1923 : La Mendiante de Saint-Sulpice de Charles Burguet, tourné en deux époques (4 000 m)1929 : La Vierge folle de Luitz-Morat : Gaston de Charance, le frère de Diane1930 : Çà c'est aussi Paris, d'Antoine Mourre (avec Henry Roussel, M. de Fenaudy et Louise Lagrange)111931 : Marius, d'Alexander Korda : Marius Ollivier, le fils de César1932 : Fanny de Marc Allégret : Marius Ollivier, le fils de César1933 : Âme de clown de Marc Didier : Jack, le partenaire de Teddy1934 : La Dame aux camélias de Fernand Rivers et Abel Gance : Armand Duval1934 : L'Homme qui en savait trop d'Alfred Hitchcock : Louis Bernard1935 : Kœnigsmark de Maurice Tourneur : Raoul Vignerte, professeur de français1935 : Le Roman d'un jeune homme pauvre d'Abel Gance : Maxime Hauterive de Champcey1936 : César de Marcel Pagnol : Marius Ollivier, le fils de César1936 : Sous les yeux d'Occident de Marc Allégret : Razumov, le brillant étudiant1937 : Chéri-Bibi de Léon Mathot : Francis, dit Chéri-Bibi, forçat évadé1937 : La Bataille silencieuse de Pierre Billon : Bordier1937 : Salonique, nid d'espions ou Mademoiselle docteur de Georg Wilhelm Pabst : le capitaine Georges Carrère1937 : La Grande Illusion de Jean Renoir : le capitaine de Boeldieu, officier de carrière1938 : Trois valses de Ludwig Berger : Octave, Philippe et Gérard de Chalencey1938 : Le Puritain de Jeff Musso : le commissaire Lavan1938 : Alerte en Méditerranée de Léo Joannon : le commandant Lestailleur1938 : Adrienne Lecouvreur de Marcel L'Herbier : le maréchal Maurice de Saxe1939 : Le Duel de Pierre Fresnay : le père Daniel Maurey1939 : La Charrette fantôme de Julien Duvivier : David Holm, un souffleur de verre1941 : Le Dernier des six, de Georges Lacombe : le commissaire Wenceslas Vorobeïtchik, dit « Wens »1941 : Le Briseur de chaînes de Jacques Daniel-Norman : Marcus, le briseur de chaînes du cirque1942 : Les Inconnus dans la maison d'Henri Decoin : Le commentateur du film1942 : Le journal tombe à cinq heures de Georges Lacombe : Pierre Rabaud, le reporter chevronné1942 : L'assassin habite au 21 d'Henri-Georges Clouzot : Le commissaire Wenceslas Vorobeïtchik, dit « Wens »1943 : La Main du diable de Maurice Tourneur : Roland Brissot, artiste peintre1943 : L'Escalier sans fin de Georges Lacombe : Pierre, chef palefrenier1943 : Le Corbeau d'Henri-Georges Clouzot : le docteur Rémy Germain1943 : Je suis avec toi d'Henri Decoin : François1944 : Le Voyageur sans bagage de Jean Anouilh : Gaston, l'amnésique1946 : La Fille du diable d'Henri Decoin : Saget, l'usurpateur recherché1946 : Le Visiteur de Jean Dréville : Maître Sauval, bienfaiteur mais ancien escroc1947 : Monsieur Vincent de Maurice Cloche : Vincent de Paul, curé de Chatillon puis aumônier1948 : Les Condamnés de Georges Lacombe : le docteur Jean Séverac, le mari d'Hélène1949 : Barry de Richard Pottier : Théotime, le moine soupirant1949 : Vient de paraître de Jacques Houssin : Moscat, le patron du journal1949 : Au grand balcon d'Henri Decoin : Gilbert Carbot, directeur d'une compagnie d'aviation1950 : La Valse de Paris Marcel Achard : Jacques Offenbach, compositeur1950 : Justice est faite d'André Cayatte : le commentateur dans la partie finale du film1950 : Dieu a besoin des hommes de Jean Delannoy : Thomas Gourvennec, le pêcheur sacristain1950 : Ce siècle a cinquante ans de Denise Tual : P. Fresnay assure le commentaire du film1951 : Monsieur Fabre d'Henri Diamant-Berger : Jean-Henri Fabre, entomologiste1951 : Le Voyage en Amérique d'Henri Lavorel : Gaston Fournier1951 : Un grand patron d'Yves Ciampi : le professeur Louis Delage, chirurgien1952 : Il est minuit, Docteur Schweitzer d'André Haguet : le docteur Albert Schweitzer1953 : La Route Napoléon de Jean Delannoy : Édouard Martel, roi de la publicité1954 : Le Défroqué de Léo Joannon : Maurice Morand, prêtre défroqué1955 : Les Évadés de Jean-Paul Le Chanois : Le lieutenant Pierre Keller1955 : Les Aristocrates de Denys de La Patellière : le marquis de Maubrun1955 : Si tous les gars du monde de Christian-Jaque : P. Fresnay assure le commentaire1956 : L'Homme aux clefs d'or de Léo Joannon : Antoine Fournier, ancien professeur, devenu homme aux clés d'or, concierge d'hôtel1956 : Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy : P. Fresnay assure le commentaire d'introduction1957 : Les Fanatiques d'Alex Joffé : Luis Vargas1957 : Les Œufs de l'autruche de Denys de La Patellière : Hippolyte Barjus1958 : Et ta sœur de Maurice Delbez : Bastien du Bocage, gérant d'un grand journal1958 : Tant d'amour perdu de Léo Joannon : Joseph Andrieu, industriel breton1959 : Les Affreux de Marc Allégret : César Dandieux, caissier méticuleux1960 : Les Vieux de la vieille de Gilles Grangier : Baptiste Talon, cheminot en retraite1960 : La Millième Fenêtre de Robert Ménégoz : Armand Vallin, le vieux accroché à sa bicoqueRéalisateur1939 : Le DuelCourts métrages et documentaires1929 : Ça aussi!... c'est Paris, court métrage d'Antoine Mourre1949 : Combourg, visage de pierre, documentaire de Jacques de Casembroot : P. Fresnay assure le commentaire1949 : Les Gisants, documentaire de Jean-François Noël : P. Fresnay assure le commentaire1951 : Vézelay, documentaire de Pierre Zimmer : P. Fresnay assure le commentaire1953 : Étoiles au soleil, court métrage de Jacques Guillon : lui-même1954 : Le pèlerin de la Beauce, documentaire de Claude Chuteau : P. Fresnay assure le commentaire1958 : Rhône, fleuve perdu, documentaire de Pierre Jallaud : P. Fresnay assure le commentaire1959 : Sont morts les bâtisseurs, court métrage documentaire d'Édouard Berne : P. Fresnay assure le commentaire1961 : Le Grand Secret, documentaire de Gérard Calderon : P. Fresnay assure le commentaire1963 : Malmaison, documentaire de Jacques de Casembroot : P. Fresnay assure le commentaire1965 : Dieu a choisi Paris, documentaire de Gilbert Prouteau et Philippe Arthuys : P. Fresnay prête sa voix dans le film1966 : La Vallée aux loups, documentaire de Jacques de Casembroot : P. Fresnay assure le commentaire1966 : Ecce homo, documentaire d'Alain Saury : P. Fresnay assure le commentaire1968 : Souvenance, documentaire de Jacques de Casembroot : P. Fresnay assure le commentaire1969 : Le Courage d'aimer, documentaire d'Emmanuel Renard : P. Fresnay assure le commentaireTélévision1968 : Le Neveu de Rameau de René Lucot, sur un texte de Diderot : Rameau (il assure également l'adaptation)1969 : L'Idée fixe de Jeannette Hubert d'après la pièce de Pierre Franck et Pierre Fresnay, d'après Paul Valéry1970 : Mon Faust de Daniel Goergeot, d'après la pièce de Paul Valéry : Faust1970 : Tête d'horloge de Jean-Paul Sassy : Le vieux professeur1971 : Père de Jeannette Hubert, d'après la pièce d'Édouard Bourdet : Le Père1973 : Les Écrivains (du roman de Michel de Saint Pierre), téléfilm de Robert Guez : Alexandre Damville, le père écrivain1973 : Le Jardinier de Antoine-Léonard Maestrati : Le jardinierBox-office FranceListe de ses meilleurs succès d'après-guerre12 : FilmAnnéeRéalisateurClassementNombre d'entréesN°1 du box-office annuelMonsieur Vincent1947Maurice Cloche3e7 055 290Le Bataillon du ciel (8 649 691 entrées)Barry1949Richard Pottier6e4 086 921Jeanne d'Arc (7 092 586 entrées)Les Évadés1955Jean-Paul Le Chanois12e3 830 332Vingt mille lieues sous les mers (9 619 259 entrées)Un grand patron1951Yves Ciampi8e3 737 966Samson et Dalila (7 116 442 entrées)Le Défroqué1954Léo Joannon17e3 554 879Si Versailles m'était conté... (6 986 788 entrées)Les Vieux de la vieille1960Gilles Grangier10e3 477 455Ben-Hur (13 826 124 entrées)Il est minuit, Docteur Schweitzer1952André Haguet15e3 300 484Le Petit Monde de don Camillo (12 791 168 entrées)Les Aristocrates1955Denys de La Patellière25e2 915 391Vingt mille lieues sous les mers (9 619 259 entrées)L'Homme aux clefs d'or1956Léo Joannon28e2 789 546Michel Strogoff (6 868 854 entrées)Au grand balcon1949Henri Decoin19e2 782 557Jeanne d'Arc (7 092 586 entrées)Dieu a besoin des hommes1950Jean Delannoy16e2 745 064Autant en emporte le vent (14 563 937 entrées)La Fille du diable1946Henri Decoin42e2 414 962Mission spéciale (6 781 120 entrées)La Valse de Paris1950Marcel Achard43e2 058 838Autant en emporte le vent (14 563 937 entrées)Le Visiteur1946Jean Dréville59e1 918 909Mission spéciale (6 781 120 entrées)Les Condamnés1948Georges Lacombe57e1 728 111La Chartreuse de Parme (6 151 521 entrées)Les Fanatiques1957Alex Joffé37e1 619 706Le Pont de la rivière Kwaï (13 481 750 entrées)Les Affreux1959Marc Allégret?1 605 296La Vache et le Prisonnier (8 844 199 entrées)Monsieur Fabre1951Henri Diamant-Berger?1 539 225Samson et Dalila (7 116 442 entrées)Les Œufs de l'autruche1957Denys de La Patellière39e1 468 125Le Pont de la rivière Kwaï (13 481 750 entrées)Vient de paraître1949Jacques Houssin?1 267 954Jeanne d'Arc (7 092 586 entrées)Cinéastes ayant dirigé Pierre Fresnay[afficher]Cinéastes ayant dirigé Pierre Fresnay (par ordre alphabétique) ThéâtreComédienComédie-FrançaiseEntrée à la Comédie-Française en 1915Sociétaire de 1924 à 1929368e sociétaire1915 à 1927 : Il apparaît dans les pièces suivantes : Le Mariage de Figaro de Beaumarchais - Horace de Corneille - Nicomède de Corneille - Le Baron d'Albikrac de Thomas Corneille - La Bonne Mère de Florian - L'Insinuation de Victor Hugo - Ruy Blas de Victor Hugo - Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux - Le Dépit amoureux de Molière - Les Fâcheux de Molière - Les Précieuses ridicules de Molière - Don Juan de Molière - Le Misanthrope de Molière - L'Avare de Molière - Le Médecin malgré lui de Molière - Tartuffe de Molière - Les Femmes savantes de Molière - Psyché de Molière et Corneille - Le Chandelier d'Alfred de Musset - Les Caprices de Marianne d'Alfred de Musset - La Nuit de Mai d'Alfred de Musset - La Nuit d'Octobre d'Alfred de Musset - La Nuit de Décembre d'Alfred de Musset - Les Plaideurs de Racine - Britannicus de Racine - Phèdre de Racine - L'Aventurière d'Émile Augier - Gringoire de Théodore de Banville - Le Baiser de Théodore de Banville - La Marche nuptiale de Henry Bataille - L'Anglais tel qu'on le parle de Tristan Bernard - L'Hérodienne d'Albert du Bois - Le Luthier de Crémone de François Coppée - Mademoiselle de Belle-isle d'Alexandre Dumas - La Princesse Georges d'Alexandre Dumas fils - Primerose de Robert de Flers et Gaston Arman de Caillavet - Sans lui de Marcel Girette - Le Joueur d'illusions de Marcel Girette - Le Voyage de monsieur Perrichon d'Eugène Labiche - Le Marquis de Priola de Henri Lavedan - Les affaires sont les affaires d'Octave Mirbeau - Le Flibustier de Jean Richepin - Le Mariage de Victorine de George Sand - Mademoiselle de La Seiglière de Jules Sandeau - Les Marionnettes de Pierre Wolff - Pour la couronne de François Coppée - Le Prince d'Aurec de Henri Lavedan.1920 : Hernani de Victor Hugo : Don Francisco1920 : Juliette et Roméo d'André Rivoire d'après William Shakespeare : Balthazar1920 : La Mort de Pompée de Pierre Corneille1920 : Paraître de Maurice Donnay : Luynais1920 : Maman Colibri d'Henry Bataille : Louis Soubrian1920 : La Mort de Pompée de Pierre Corneille : Philippe1921 : Cléopâtre d'André-Ferdinand Hérold d'après Plutarque et William Shakespeare : Caius1921 : Un ami de jeunesse d'Edmond Sée : Dautier1922 : On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset : Perdican1922 : Les Fourberies de Scapin de Molière : Léandre1922 : Les Amants magnifiques de Molière : Timoclès1922 : L'Impromptu de Versailles de Molière : un nécessaire1922 : Le Paon de Francis de Croisset : le marquis1922 : Marion de Lorme de Victor Hugo : Chevalier de Montpesat ; M. de Rohan1922 : Vautrin d'Edmond Guiraud d'après Honoré de Balzac : Lucien de Rubempré1922 : Le Chevalier de Colomb de François Porché : Gonzalo de Porras1922 : Les Grands Garçons de Paul Géraldy : Jacques1923 : Le Carnaval des enfants de Saint-Georges de Bouhélier : Marcel1923 : Rome vaincue d'Alexandre Parodi : Ennius1923 : Les Deux Trouvailles de Gallus de Victor Hugo : le duc de Créqui1923 : Un homme en marche de Henry Marx : Claude Renou1924 : La Victoire sur les ténèbres de Jacques Brindejont-Offenbach : l'aveugle1924 : Jeanne d'Arc de Charles Péguy, mise en scène Fernand Crommelynck : Didier1924 : Œdipe à Colone de Sophocle : Polynice1924 : Le Vieil Homme de Georges de Porto-Riche : Auguste Fontanet1925 : Avènement de Henry Marx : le poète1925 : La Nuit des amants de Maurice Rostand : Giacomo1925 : Fantasio d'Alfred de Musset : Fantasio1925 : Maître Favilla de Jules Truffier d'après George Sand : Hermann1926 : Chatterton d'Alfred de Vigny : Chatterton1926 : Le Secret de Polichinelle de Pierre Wolff, mise en scène Charles Granval : Henri1926 : Carmosine d'Alfred de Musset, mise en scène Pierre Fresnay : Minuccio1926 : Les Compères du roi Louis de Paul Fort : Antoine Canard1926 : Alkestis (Alceste) de Georges Rivollet d'après Euripide : Apollon1926 : Il ne faut jurer de rien d'Alfred de Musset, mise en scène Pierre Fresnay : ValentinAutres théâtres1927 : Un miracle de Sacha Guitry, Théâtre des Variétés1928 : La Chienne aux yeux de femme d'Yvan Noé, Théâtre Daunou1929 : Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, Théâtre Sarah-Bernhardt1929 : Je t'attendais de Jacques Natanson, Théâtre Michel1929 : Marius de Marcel Pagnol, Théâtre de Paris : Marius1930 : Bloomfield de Charles Lafaurie, Théâtre Michel1930 : Cette vieille canaille de Nozière, Théâtre Michel1931 : Noé d'André Obey, Théâtre du Vieux-Colombier1931 : Nono de Sacha Guitry, Théâtre de la Madeleine1931 : Frans Hals ou L'Admiration de Sacha Guitry, Théâtre de la Madeleine1931 : Sa dernière volonté de Sacha Guitry, Théâtre de la Madeleine1931 : La Ligne de cœur de Claude-André Puget, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre Michel1932 : Les Cadets de Henri Duvernois, Théâtre Michel1932 : Jean III de Sacha Guitry, Théâtre Michel1932 : La Race errante de François Porché, Théâtre de l'Odéon1932 : L'Hermine de Jean Anouilh, Théâtre de l'Œuvre1932 : Valentin Le Désossé de Claude-André Puget, Théâtre Michel1932 : Ludo de Pierre Scize, Théâtre Michel1933 : Teddy and partner de Yvan Noé, Théâtre Michel1933 : La Femme en blanc de Marcel Achard, Théâtre Michel1933 : L'Amour gai de Steve Passeur, Théâtre Michel1933 : Parlez-moi d'amour de Georges Berr et Louis Verneuil, Théâtre Michel1934 : Don Juan d'André Obey, Globe Theater de Londres1934 : Conversation pièce de Noël Coward, His Majesty Theater de Londres1934 : Noah d'André Obey, 44th Street Theater de New York1935 : Margot, d'Édouard Bourdet, musique Georges Auric et Francis Poulenc, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre Marigny1936 : O Mistress mine au St-James Theater de Londres1938 : L'Écurie Watson de Terence Rattigan, adaptation Pierre Fresnay et Maurice Sachs, Théâtre Edouard VII1938 : Le Valet maître de Paul Armont et Léopold Marchand, Théâtre de la Michodière1939 : Trois valses de Léopold Marchand et Albert Willemetz, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre de la Michodière1940 : Léocadia de Jean Anouilh, Théâtre de la Michodière1941 : Comédie en trois actes de Henri-Georges Clouzot, Théâtre de la Michodière1942 : Père d'Édouard Bourdet, Théâtre de la Michodière1944 : Le Voyageur sans bagage de Jean Anouilh, Théâtre de la Michodière1944 : Vient de paraître d'Édouard Bourdet, Théâtre de la Michodière1946 : Si je voulais de Paul Géraldy et Robert Spitzer, Théâtre de la Michodière1946 : Auprès de ma blonde de Marcel Achard, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre de la Michodière1948 : Pauline ou l'écume de la mer de Gabriel Arout, Théâtre de la Michodière1948 : Du côté de chez Proust de Curzio Malaparte, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre de la Michodière1948 : Les Œufs de l'autruche d'André Roussin, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre de la Michodière1948 : Auprès de ma blonde de Marcel Achard, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre des Célestins1951 : Lorsque l’enfant paraît d’André Roussin, Théâtre des Nouveautés1951 : Le Moulin de la galette de Marcel Achard, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre de la Michodière1952 : Hyménée d'Édouard Bourdet, Théâtre de la Michodière1954 : Les Cyclones de Jules Roy, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre de la Michodière1954 : Voici le jour de Jean Lasserre, Théâtre de la Michodière1955 : Les Grands Garçons de Paul Géraldy, Théâtre de la Michodière1955 : Les Œufs de l'autruche d'André Roussin, Théâtre de la Michodière1956 : Le Voyage à Turin d'André Lang, Théâtre de la Michodière1957 : Bille en tête de Roland Laudenbach, mise en scène Jean-Jacques Varoujean, Théâtre de la Michodière1958 : Père d'Édouard Bourdet, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre de la Michodière1961 : Lawrence d'Arabie de Terence Rattigan, mise en scène Michel Vitold, Théâtre Sarah-Bernhardt1962 : Mon Faust de Paul Valéry, mise en scène Pierre Franck, Théâtre de l'Œuvre1963 : Le Neveu de Rameau de Denis Diderot, mise en scène Jacques-Henri Duval, Théâtre de l'Œuvre, Théâtre de la Michodière1963 : L'Homme et la perruche de Alain Allioux, Théâtre de la Michodière1964 : Rebrousse-Poil de Jean-Louis Roncoroni, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre de l'Œuvre1965 : La Guerre civile d'Henry de Montherlant, mise en scène Pierre Dux, Théâtre de l'Œuvre1966 : L'Idée fixe de Paul Valéry, mise en scène Pierre Franck, Théâtre de la Michodière1968 : Le Truffador de Jean Canolle, mise en scène de l'auteur, Théâtre de la Michodière1968 : Visitations de Jean Giraudoux, Théâtre de la Michodière1969 : La Tour d'Einstein de Christian Liger, mise en scène Pierre Fresnay et Julien Bertheau, Théâtre royal du Parc, Théâtre de la Michodière1969 : On ne sait jamais d'André Roussin, mise en scène de l'auteur, Théâtre de la Michodière1970 : L'Idée fixe de Paul Valéry, mise en scène Pierre Franck, Théâtre de la Michodière1970 : Jeu, set et match d'Anthony Shaffer, mise en scène Clifford Williams, Théâtre de la Michodière1971 : Mon Faust de Paul Valéry, mise en scène Pierre Franck, Théâtre de la Michodière1972 : La Claque d'André Roussin, mise en scène de l'auteur, Théâtre de la MichodièreMetteur en scène1930 : La Ligne de cœur de Claude-André Puget, Théâtre Michel1935 : Margot, au Théâtre Marigny, avec dans les rôles titres MM. Pierre Fresnay, Jacques Dumesnil et Mme Yvonne Printemps.1937 : Trois valses de Léopold Marchand et Albert Willemetz, Théâtre des Bouffes-Parisiens1938 : Le Valet maître de Léopold Marchand, Théâtre de la Michodière1939 : Trois valses de Léopold Marchand et Albert Willemetz, Théâtre de la Michodière1946 : Auprès de ma blonde de Marcel Achard, Théâtre de la Michodière1946 : Le Saint Bernard de Claude-André Puget, Théâtre des Bouffes-Parisiens1947 : Savez-vous planter les choux ? de Marcel Achard, Théâtre de la Michodière1948 : Du côté de chez Proust de Curzio Malaparte, Théâtre de la Michodière1948 : Les Œufs de l'autruche d'André Roussin, Théâtre de la Michodière1951 : Le Moulin de la galette de Marcel Achard, Théâtre de la Michodière1953 : Le Ciel de lit de Jan de Hartog, Théâtre de la Michodière1954 : Les Cyclones de Jules Roy, Théâtre de la Michodière1958 : Père d'Édouard Bourdet, Théâtre de la Michodière1964 : Rebrousse-Poil de Jean-Louis Roncoroni, Théâtre de l'Œuvre1966 : Laurette ou l'Amour voleur de Marcelle Maurette et Marc-Gilbert Sauvajon, Théâtre de la Michodière1967 : Voltige de Philippe Hériat, Théâtre de la Michodière1969 : La Tour d'Einstein de Christian Liger, mise en scène avec Julien Bertheau, Théâtre royal du Parc, Théâtre de la MichodièreDistinctions1947 : Mostra de Venise : Coupe Volpi du meilleur acteur pour Monsieur Vincent1952 : Festival de Karlovy-Vary : Prix d’interprétation pour Monsieur Fabre1962 : Prix du Brigadier pour Mon Faust de Paul Valéry, Théâtre de l'Œuvre1963 : Prix du Syndicat de la critique : meilleur comédien pour Le Neveu de Rameau au Théâtre de la MichodièrePublications1964 : Je suis comédien, Édition du conquistador, collection Mon métier (notice BnF no FRBNF37626495)1975 : Pierre Fresnay, écrit avec François Possot, La Table ronde (notice BnF no FRBNF34549000) Suzanne Delaire, dite Suzy Delair, est une actrice et chanteuse française, née le 31 décembre 19172 à Paris. Son répertoire s'étend de la comédie au drame. Danseuse, chanteuse, son interprétation dans le film Quai des Orfèvres de la chanson Avec son tralala, de Francis Lopez, est restée dans les mémoires3. À la scène, elle a joué fréquemment dans des opérettes de Jacques Offenbach (La Périchole, La Vie parisienne), d'Oscar et Johann Strauss père et fils (Les Trois valses), de Vanloo, Duval et Messager (Véronique), etc. Avec les disparitions récentes de Gisèle Casadesus et de Danielle Darrieux, elle est à ce jour l'actrice française la plus âgée et centenaire encore en vie après Renée Simonot.Fille d'une couturière et d'un sellier-carrossier, elle est d'abord apprentie-modiste chez Suzanne Talbot, mais rêve de théâtre. Elle commence par faire de la figuration au cinéma et au théâtre pendant son adolescence, mais c'est au music-hall qu'elle connaît le succès sur la scène des Bouffes-Parisiens, à Bobino, à l'Européen, aux Folies-Belleville, dans le cabaret de Suzy Solidor, ainsi que dans des revues où se produisent Mistinguett et Marie Dubas3. Les amateurs de cinéma la découvrent, dix ans plus tard, en Parisienne délurée dans Le Dernier des six (1941), réalisé par Georges Lacombe sur un scénario de Henri-Georges Clouzot, avec qui elle vit. Ce dernier, passé derrière la caméra, lui offre en 1942 un succès considérable avec L'assassin habite au 214. Sa carrière est entachée par son attitude trouble sous l'Occupation. Elle « ne dissimulait pas ses sympathies pour les Allemands5 », jusqu'à admirer l'ordre nazi6. Le 19 mars 1942, elle fait partie du groupe d'acteurs invités par les Allemands pour visiter les studios cinématographiques de la UFA, en Allemagne et en Autriche (à Munich, Berlin et Vienne), aux côtés de René Dary, Junie Astor, Danielle Darrieux, Albert Préjean et Viviane Romance7,3,8,9. À son retour, elle choque en embrassant chaleureusement Alfred Greven et en se plaignant de ne pas avoir serré la main de Joseph Goebbels10. Lorsque l'historien Marc Ferro évoque, dans son livre Pétain (1987), le cinéma pendant cette période, il cite, parmi d'autres, le nom de Suzy Delair11. À la Libération, elle n'écope finalement que d'une suspension de trois mois infligée par les comités d'épuration12. Si la comédienne figure parmi les vedettes des années 1940, sa carrière cinématographique est émaillée de pauses. En 1947, elle tourne Quai des Orfèvres avec Clouzot, dont elle est encore la compagne ; ils se séparent après ce dernier succès commun3. On la retrouve ensuite dans des films de Jean Dréville, Jean Grémillon, Marcel L'Herbier, Christian-Jaque, Marcel Carné, Luchino Visconti, René Clément et Gérard Oury3. En juin 1950, elle fait des répétitions de la chanson C'est si bon avec l'orchestre d'Aimé Barelli dans une salle du casino de Monte-Carlo où Louis Armstrong terminait sa soirée13. Cette chanson est devenue un standard de jazz grâce à l’enregistrement d'Armstrong à New York en 1950 avec des paroles anglaises de Jerry Seelen. En 1950-1951, elle tourne Atoll K, réalisé par Léo Joannon, avec pour partenaires Laurel et Hardy, dont c'est le dernier film3. Pendant la saison 1953-1954, elle est à l'Européen, à Paris, dans l'opérette Mobylette, avec pour partenaires Mona Monick et les débutants Michel Roux, Roger Lanzac, et Lucien Lupi. En 1973, sort le film Les Aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury ; elle y tient le rôle de Germaine Pivert, dentiste épouse de Victor Pivert, incarné par Louis de Funès3. Le film se classe en tête du box-office cette année-là avec plus de 7 millions de spectateurs en salles. Elle remplaçait à titre exceptionnel Claude Gensac, qui avait alors des problèmes de santé. En 1982, elle commente son parcours ainsi : « On me fait trop rarement travailler. Sans doute me fait-on payer à la fois de ne pas appartenir à des chapelles, les aventures masculines auxquelles j'ai parfois sacrifié ma carrière, et surtout, mon refus de flirter quand il aurait fallu le faire3… » Le 6 décembre 2004, un hommage à Suzy Delair a eu lieu à la Cinémathèque française à Paris3, présenté par le journaliste Olivier Barrot, en présence de l'actrice et de ses amis Françoise Arnoul, Pierre Trabaud, et Jacqueline Willemetz, petite-fille d'Albert Willemetz. Organisée par Sylvain Briet et Les Amis de la Cinémathèque française, cette manifestation a présenté un cycle de ses films comprenant Quai des Orfèvres, Lady Paname, Pattes blanches, Gervaise, Le Couturier de ces dames, et le sketch Une couronne mortuaire extrait de Souvenirs perdus. Elle est aujourd'hui âgée de 100 ans. FilmographieCinéma1930 : Un caprice de la Pompadour de Willi Wolff et Joë Hamman : une soubrette de la Pompadour1932 : Violettes impériales d'Henri Roussell1932 : La Dame de chez Maxim's d'Alexander Korda1933 : Le Sexe faible de Robert Siodmak : une couturière1933 : Touchons du bois de Maurice Champreux : la copine de jeu1933 : Professeur Cupidon de Robert Beaudoin : une élève (créditée Suzy Delaire)1934 : L'Or dans la rue de Curtis Bernhardt : Madeleine1934 : La crise est finie de Robert Siodmak1934 : Poliche d'Abel Gance : une danseuse1935 : Ferdinand le noceur de René Sti : une prostituée1935 : Dédé de René Guissart1936 : Prends la route de Jean Boyer1937 : Trois, six, neuf de Raymond Rouleau1941 : Le Dernier des six de Georges Lacombe : Mila Malou1942 : L'assassin habite au 21 d'Henri-Georges Clouzot : Mila Malou1942 : Défense d'aimer de Richard Pottier : Totte1945 : La Vie de bohème de Marcel L'Herbier : Phémie/Femia1947 : Copie conforme de Jean Dréville : Coraline1947 : Quai des Orfèvres d'Henri-Georges Clouzot : Marguerite Chauffornier Martineau, alias Jenny Lamour1948 : Par la fenêtre de Gilles Grangier : Fernande et Yvette1949 : Pattes blanches de Jean Grémillon : Odette Kerouan1950 : Je suis de la revue (Botta e risposta) de Mario Soldati : la chanteuse1950 : Lady Paname d'Henri Jeanson : Raymonde Bosset dite « Caprice »1950 : Souvenirs perdus de Christian-Jaque : Suzy Henebey1951 : Atoll K de Léo Joannon : Chérie Lamour1955 : Le Fil à la patte de Guy Lefranc : Lucette Gauthier1956 : Le Couturier de ces dames de Jean Boyer : Adrienne Vignard1956 : Gervaise de René Clément : Virginie1960 : Les Régates de San Francisco de Claude Autant-Lara : Lucilla1960 : Rocco et ses frères (Rocco e i suoi fratelli) de Luchino Visconti : Luisa1963 : Du mouron pour les petits oiseaux de Marcel Carné : Antoinette la bouchère1966 : Paris brûle-t-il ? de René Clément : une Parisienne1973 : Les Aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury : Germaine Pivert1976 : Oublie-moi, Mandoline de Michel Wyn : MireilleTélévision1967 : Les Créatures du bon Dieu (série télévisée) : la fiancée du capitaine1972 : L'Argent par les fenêtres de Philippe Joulia (téléfilm) : Gloria1974 : L'Or et la Paille, de Barillet et Grédy : Cora. Pièce enregistrée le 27 avril au Théâtre Marigny, diffusée sur la deuxième chaîne de l'ORTF le 7 août, dans le cadre de l'émission Au théâtre ce soir, réalisée par Georges Folgoas.1981 : Le Mythomane (série télévisée) : Tante Victoire1984 : L'Âge vermeil (série télévisée) : Betty de la Saussnaie1987 : Traquenards de Marianne Lamour (série télévisée)Théâtre1952 : Mobilette14,15 de Serge Veber et André Hornez, mise en scène Jean-Marc Thibault, L'Européen1959 : La Vie parisienne de Jacques Offenbach, livret Henri Meilhac et Ludovic Halévy, mise en scène Jean-Louis Barrault, Théâtre du Palais-Royal1961 : De doux dingues de Michel André, mise en scène Jean Le Poulain, Théâtre des Célestins1962 : La Vie parisienne de Jacques Offenbach, livret Henri Meilhac et Ludovic Halévy, mise en scène Jean-Louis Barrault, Odéon-Théâtre de France1963 : L'Ours d'Anton Tchekhov, mise en scène Jean Desailly, Odéon-Théâtre de France1963 : La Vie parisienne de Jacques Offenbach, livret d'Henri Meilhac et Ludovic Halévy, mise en scène Jean-Louis Barrault, Odéon-Théâtre de France1963 : Tricoche et Cacolet d'Henri Meilhac et Ludovic Halévy, mise en scène Jacques Charon, Odéon-Théâtre de France1965 : Le Boy friend de Sandy Wilson, mise en scène Jean-Christophe Averty et Dirk Sanders, Théâtre Antoine1969 : Un mois sans toi de Marc Mays, mise en scène Michel Vocoret, Théâtre des Capucines1969 : La Vie parisienne de Jacques Offenbach, livret Henri Meilhac et Ludovic Halévy, mise en scène Jean-Pierre Grenier, Théâtre des Célestins1976 : Le Tube de Françoise Dorin, mise en scène François Périer, Théâtre des Célestins, tournée Herbert-KarsentyChansons interprétéesAh ! C'qu'on s'aimait... (paroles de Lucien Boyer et musique de Paul Marinier, 1913)Avec son tra-la-la (paroles d'André Hornez et musique de Francis Lopez, chanson du film Quai des Orfèvres, 1947)Danse avec moi (paroles d'André Hornez et musique de Francis Lopez, chanson du film Quai des Orfèvres, 1947)C'est si bon (paroles d'André Hornez et musique d’Henri Betti, 1947)Fascination (paroles de Maurice de Féraudy et musique de Fermo Marchetti, 1905)Femmes, que vous êtes jolies ! (paroles d'Edgard Favart et musique de Pietro Codini/Julsam, 1912)Frou-Frou (paroles de Hector Monréal et Henri Blondeau et musique de Henri Chateau, 1933)La Baya/Chin', Chin', Chin'... (paroles de Marcel Heurtebise et musique d'Henri Christiné, 1911)Le Temps des cerises (paroles de Jean-Baptiste Clément et musique d'Antoine Renard, 1867)Oh ! mon papa (paroles et musique de J. Boyer, P. Burkhard, titre original : Oh mein Papa)Y'avait du printemps partout (chanson du film Lady Paname, 1950)Du t'ça (chanson du film Lady Paname, 1950)Tu n'peux pas t'figurer (paroles et musique de Paul Misraki, chanson du film Atoll K, 1950)Laissez-nous faire (paroles et musique de Paul Misraki, chanson du film Atoll K, 1950)Monsieur Hans (paroles d'Eddy Marnay)Y'a pas trois moyens (paroles et musique de Paul Misraki, 1950)J'suis pas paf (paroles de Mick Micheyl et musique de Bob Astor/Mick Micheyl, 1952).On peut citer aussi : Je reconnais mon rêve, C'est tout, Ma blonde, C'est un air populaire (paroles et musique de Michel Emer), Moi j'coûte cher (de Roger Lucchesi) et Moulin rouge (1966).DistinctionsOfficier de l'Ordre national du Mérite, le 15 novembre 199916.Officier de la Légion d'honneur, promotion du 14 juillet 200617.Le 24 avril 2004, l’Académie du disque lyrique, présidée par Pierre Bergé, lui a remis l'Orphée d'or du meilleur enregistrement d’opérette ou d’opéra bouffe pour son disque De l'opérette à la chanson (Musidisc, 2003).Pierre Raphaël Larquey est un acteur français né le 10 juillet 1884 à Cénac au lieu-dit le Garde, en Gironde et mort le 17 avril 1962 à Maisons-Laffitte, d'une crise cardiaque.Inhumé à Maison-Laffitte, il est l'un des grands seconds rôles du cinéma français des années 1930 à 1950.Fils d'un charretier, Pierre Larquey hésite à partir au séminaire puis s'engage dans l'armée coloniale à Madagascar. Il tente sa chance au théâtre et sort du Conservatoire de Bordeaux avec un premier prix de comédie. Il vient à Paris et entre au Théâtre des Variétés où il restera quinze ans. Il ne commence véritablement sa carrière cinématographique qu'en 1931, à l'âge de quarante-sept ans. Ses rôles les plus connus sont ceux du docteur Michel Vorzet dans Le Corbeau et celui de Monsieur Colin dans L'assassin habite au 21, deux films réalisés par Henri-Georges Clouzot, ainsi que celui de Tamise dans Topaze qu'il jouera deux fois dans deux versions différentes, en 1936 réalisée par Louis Gasnier puis en 1951 dans la deuxième version réalisée par Marcel Pagnol. Dans ses souvenirs de théâtre (Cinématurgie de Paris, 1966), Marcel Pagnol raconte que Larquey, alors marchand de jouets, a été engagé pour jouer un très petit rôle dans la création de Topaze à la suite d'un concours entre amateurs. Son talent et la défection d'un acteur ont conduit Pagnol et André Lefaur à lui confier le rôle plus important de Tamise. Il est aussi la voix de l'Allumeur de Réverbères ("La consigneuh, c'est la consigne...") sur le disque du Petit Prince enregistré en 1954, avec Gérard Philipe et Georges Poujouly. Cinéma233 films de cinéma11 téléfilmsAnnées 19101911 : Le Nabab "court métrage" d'Albert Capellani1911 : Patrie "court métrage" d'Albert Capellani1913 : Germinal d'Albert CapellaniAnnées 19201924 : Monsieur le directeur de Robert SaidreauAnnées 19301931 : Le Disparu de l'ascenseur de Giulio del Torre : Michaud, le secrétaire de rédaction1931 : Les Gaietés de l'escouade ou Vive la classe, "moyen métrage" de Maurice Cammage : l'adjudant1931 : Prisonnier de mon cœur de Jean Tarride, inspiré de la pièce de Paul Gordeaux et de Marcel Espiau1931 : Sola d'Henri Diamant-Berger : le commandant1931 : Tout s'arrange d'Henri Diamant-Berger : l'ami de monsieur Ribadet1931 : L'Amour à l'américaine de Claude Heymann : le maître d'hôtel dans le rêve1932 : Affaire classée ou Le coup de minuit (court métrage) de Charles Vanel : un forain1932 : Le Chien jaune de Jean Tarride1932 : L'Enfant du miracle d'Maurice Diamant-Berger : M. Durieux, père1932 : La Claque "court métrage" de Robert Péguy1933 : Topaze de Louis Gasnier : Tamise1933 : Il était une fois de Léonce Perret1933 : Mariage à responsabilité limitée de Jean de Limur : Georges Lambert, le mari1933 : Madame Bovary de Jean Renoir : Hippolyte1934 : Casanova de René Barberis : M. Pogomas1934 : Le Grand Jeu de Jacques Feyder : M. Gustin1934 : Les Misérables de Raymond Bernard : le secrétaire de Monsieur Madeleine, maire de Montreuil-sur-Mer1934 : La Rue sans nom de Pierre Chenal : le petit vieux, consommateur1934 : Un fil à la patte de Karl Anton : Bouzin, le clerc de notaire1934 : Vive la compagnie de Claude Moulin : le sergent Poponaz1934 : L'Auberge du petit dragon de Jean de Limur : le commissaire1934 : Le Cavalier Lafleur de Pierre-Jean Ducis : l'adjudant Gonfaron1934 : La Cinquième Empreinte ou Lilas blancs de Karl Anton : Richard, le pâtissier1934 : Ces messieurs de la noce "court métrage" de Germain Fried1934 : L'École des auteurs "court métrage" de Germain Fried : M. Bouton1934 : L'École des contribuables de René Guissart : M. Menu1934 : Le Greluchon délicat ou Valet de cœur de Jacques Natanson : le tapissier1934 : L'Hôtel du libre échange de Marc Allégret : M. Pinglet1934 : Zouzou de Marc Allégret : le père Mélé1934 : L'Or dans la rue de Kurt Bernhardt : M. Torbier1934 : Le Scandale de Marcel L'Herbier : M. Parizot1934 : Le Paquebot Tenacity de Julien Duvivier : l'ivrogne1934 : Si j'étais le patron de Richard Pottier : Jules1934 : Trois de la marine de Charles Barrois : Gruchon1934 : Un homme en or de Jean Dréville : M. Moineau1934 : Compartiment de dames seules de Christian-Jaque : M. Monicourt1935 : Antonia, romance hongroise de Max Neufeld et Jean Boyer : le garçon1935 : L'École des resquilleurs "court métrage" de Germain Fried1935 : Justin de Marseille de Maurice Tourneur : le bègue1935 : Nous ne sommes plus des enfants d'Augusto Genina : M. Breton1935 : Les Beaux Jours de Marc Allégret : le père de Pierre1935 : Le Bébé de l'escadron de René Sti : M. Mazure, le fonctionnaire1935 : Le Chant de l'amour de Gaston Roudès : Casimir1935 : Le Clown Bux de Jacques Natanson : le clown Boum1935 : Deuxième Bureau de Pierre Billon : l'adjudant Colleret1935 : Fanfare d'amour de Richard Pottier : Émile1935 : Un oiseau rare ou Les Deux Gagnants de Richard Pottier : Valentin1935 : Les Frères Brothers "court métrage" de Pablo Laborde1935 : Gangster malgré lui "court métrage" d'André Hugon1935 : J'aime toutes les femmes de Karel Lamač : M. Weissmaier1935 : La Mariée du régiment de Maurice Cammage1935 : Un soir de bombe de Maurice Cammage : M. Baudry-Duclin, banquier et Basu, le clochard1935 : La Petite Sauvage ou Cupidon au pensionnat de Jean de Limur : M. Dagobert, le concierge1935 : La Rosière des halles de Jean de Limur : M. Lucien Dunois, romancier1935 : La Marmaille de Dominique Bernard-Deschamps : M. Bouton, le menuisier1935 : Poliche d'Abel Gance1935 : Dédé de René Guissart1935 : À la manière de... "court métrage" de Paul Laborde : M. Fine, le prétendant de Mme Capefigue1936 : La Main passe "court métrage" d'André Hugon : le beau-père1936 : La Carte forcée "court métrage" d'André Hugon1936 : Le Disque 413 de Richard Pottier : M. Belinsky, le fonctionnaire1936 : Les Grands de Félix Gandera : M. Chamboulin, le pion1936 : La Joueuse d'orgue de Gaston Roudès : M. Magloire1936 : La Loupiote de Jean Kemm et Jean-Louis Bouquet : le père Ballot1936 : Ménilmontant de René Guissart : le père Jos1936 : Messieurs les ronds-de-cuir de Yves Mirande : le conservateur1936 : Sept hommes, une femme de Maurice Cammage : M. Langlois1936 : Radio, documentaire de Maurice Cloche : lui-même1936 : Le Roman d'un spahi de Michel Bernheim : le colonel1936 : Tarass Boulba d'Alexis Granowsky : Sachka1936 : La Terre qui meurt, de Jean Vallée : le père Lumineau1936 : Une poule sur un mur de Maurice Gleize : M. Bob Pouvrier1936 : Prête moi ta femme de Maurice Cammage : M. Adolphe Rissolin1937 : Romarin d'André Hugon : M. Laquus, l'épicier de Cassis1937 : Ces dames aux chapeaux verts de Maurice Cloche : M. Ulysse Hyacinthe1937 : La Citadelle du silence de Marcel L'Herbier : M. Barteck1937 : Le Club des aristocrates de Pierre Colombier : M. Miser1937 : La Griffe du hasard de René Pujol : M. Lappe1937 : Trois artilleurs au pensionnat de René Pujol : M. Zéphitard, le pharmacien1937 : L'Habit vert de Roger Richebé : M. Pinchet, le secrétaire perpétuel1937 : Mademoiselle ma mère de Henri Decoin : le maître d'hôtel1937 : Police mondaine de Michel Bernheim et Christian Chamborant : le commissaire Picard1937 : Rendez-vous Champs-Élysées de Jacques Houssin : Totor1937 : Un scandale aux Galeries ou Et avec ça madame de René Sti : M. Lafila1938 : Les Filles du Rhône de Jean-Paul Paulin : M. Fabregas1938 : Nuits de princes de Vladimir Strijewski : Chouvaloff1938 : Un soir à Marseille de Maurice de Canonge : M. Parpèle, le reporter1938 : Adrienne Lecouvreur de Marcel L'Herbier : M. Pitou1938 : Le Mariage de Véréna de Jacques Daroy : Gustave1938 : Titin des Martigues de René Pujol : M. Lacroustille1938 : Ça c'est du sport de René Pujol : M. Trapon1938 : Trois artilleurs en vadrouille de René Pujol : M. Zéphitard1938 : La Chaleur du sein de Jean Boyer : M. Dalaciaux, le patron1938 : La Cité des lumières de Jean de Limur : Alexis, le serviteur1938 : Clodoche ou Sous les ponts de Paris de Raymond Lamy et Claude Orval : Clodoche1938 : Monsieur Coccinelle de Dominique Bernard-Deschamps : M. Coccinelle1938 : Le Monsieur de cinq heures de Pierre Caron : M. Montredon1938 : Prince de mon cœur de Jacques Daniel-Norman : M. Sekov, le préfet de police1938 : Trois artilleurs à l'opéra d'André Chotin : M. Zéphitard1938 : Un fichu métier de Pierre-Jean Ducis : Casimir, le valet du prince1939 : Les Gangsters du château d'If de René Pujol : Esprit Saint1939 : Fort Dolorès de René Le Hénaff : M. Jefke Vandenbom, le belge1939 : Grand-père ou Femmes de demain de Robert Péguy : le grand-père1939 : Son oncle de Normandie ou La fugue de Jim Baxter de Jean Dréville : Maître Cureau1939 : Moulin Rouge d'André Hugon : M. Perval, le directeur du Moulin Rouge1939 : Les Otages de Raymond Bernard : Maître Fabien, huissier1939 : La Tradition de minuit de Roger Richebé : M. Béatriz, le comptable1939 : Une main a frappé de Gaston Roudès : M. Valta et Toto, la puce1939 : Un gosse en or de Georges Pallu : M. Durand1939 : Un homme et sa femme de Jean Dréville : M. MoineauAnnées 19401940 : L'Émigrante de Léo Joannon : M. Monrozat1940 : Monsieur Bibi ou Faut ce qu'il faut de René Pujol (film sorti en 1946)1940 : Soyez les bienvenus ou Les nouveaux pauvres de Jacques de Baroncelli (film sorti en 1942) : le régisseur1941 : Sixième étage de Maurice Cloche : M. Hochepot1941 : L'Empreinte du dieu de Léonide Moguy : M. Mosselmans1941 : Espoirs de Willy Rozier : M. Martin1941 : Fromont jeune et Risler aîné de Léon Mathot1941 : Nous les gosses de Louis Daquin : le père Finot1942 : Le Lit à colonnes de Roland Tual : Dix doigts1942 : Pension Jonas de Pierre Caron : Barnabé Trignol, le clochard1942 : L'Amant de Bornéo de Jean-Pierre Feydeau et René Le Hénaff : M. Lajoie1942 : L'assassin habite au 21 d'Henri-Georges Clouzot : M. Colin1942 : Le Bienfaiteur d'Henri Decoin : M. Noblet1942 : Le journal tombe à cinq heures de Georges Lacombe : M. Phalantin1942 : Le Mariage de Chiffon de Claude Autant-Lara : Jean, le domestique1942 : Le Voile bleu de Jean Stelli : M. Antoine Lancelot1943 : Des jeunes filles dans la nuit de René Le Hénaff : M. Anatole Bonnefous1943 : La Grande Marnière de Jean de Marguenat : M. Malaizot1943 : La Main du diable de Maurice Tourneur : Ange1943 : Une étoile au soleil d'André Zwobada1943 : Le Secret de madame Clapain d'André Berthomieu : M. Hurteau1943 : Le Corbeau d'Henri-Georges Clouzot : le docteur Vorzet1943 : L'Homme qui vendit son âme de Jean-Paul Paulin : l'abbé Lampin1944 : La Rabouilleuse de Fernand Rivers d'après Honoré de Balzac : Jean-Jacques Rouget1944 : L'Ange de la nuit d'André Berthomieu : M. Heurteloup1944 : La Collection Ménard de Bernard Roland : le psychiatre1945 : Le Père Goriot de Robert Vernay : le père Goriot1946 : Adieu chérie de Raymond Bernard : Édouard1946 : Jéricho de Henri Calef : Béquille1946 : Sérénade aux nuages d'André Cayatte : le jardinier1946 : Sylvie et le Fantôme de Claude Autant-Lara : le baron Édouard1946 : La Tentation de Barbizon de Jean Stelli : M. Jérôme Chambon1947 : La Cabane aux souvenirs ou Un homme perdu de Jean Stelli : le pacha1947 : La Colère des dieux de Karel Lamač : Emmanuel1947 : La Femme en rouge de Louis Cuny : le père Simon1947 : La Nuit de Sybille de Jean-Paul Paulin : M. Ancelin1947 : Six heures à perdre d'Alex Joffé et Jean Levitte : Joseph1947 : Carré de valets d'André Berthomieu : Arthur1947 : Quai des Orfèvres d'Henri-Georges Clouzot : M. Emile Latour, chauffeur de taxi1948 : Fiacre 13 film tourné en deux époques "Castigo" et "Delitto" de Raoul André : le père Loriot1948 : La Renégate de Jacques Séverac : Ricardo1948 : La Femme que j'ai assassinée de Jacques Daniel-Norman : M. René Dufleuve1948 : La Nuit blanche de Richard Pottier : Émile1948 : Passeurs d'or de Emile-Georges De Meyst : le père Maès1948 : Le Secret de Monte-Cristo d'Albert Valentin d'après Alexandre Dumas : M. Jacob Muller1949 : La Bataille du feu ou Les Joyeux conscrits de Maurice de Canonge : M. Pascal Brignoux1949 : La Maternelle d'Henri Diamant-Berger : M. Paulin1949 : Millionnaires d'un jour d'André Hunebelle : e père Jules Martin, centenaire1949 : Le Portefeuille "court métrage" d'André Cerf1949 : Ronde de nuit de François Campaux : M. Labiche1949 : Fausse monnaie "court métrage" d'André CerfAnnées 19501950 : Le Furet de Raymond Leboursier : M. Thiais, alias : le professeur Star, astrologue1950 : Menace de mort ou Aventure à Pigalle de Raymond Leboursier : M. Morel1950 : Le Grand Cirque de Georges Peclet : le curé1950 : On n'aime qu'une fois ou La caille de Jean Stelli : M. Ravanel1950 : Plus de vacances pour le bon dieu de Robert Vernay : le père Antoine1950 : La Souricière d'Henri Calef : M. Gravelle1950 : Les Anciens de Saint-Loup de Georges Lampin : M. Jacquelin, le directeur du collège1951 : La Peau d'un homme de René Jolivet : Frédéric Sabat, criminologue1951 : La Belle Image de Claude Heymann d'après Marcel Aymé : l'oncle Antonin1951 : Mammy ou La faute d'un fils de Jean Stelli : le docteur André Pierre1951 : Le Mariage de mademoiselle Beulemans d'André Cerf : le curé1951 : Topaze de Marcel Pagnol : M. Tamise, un instituteur1951 : L'Anglais tel qu'on le parle "moyen métrage" de Jean Tedesco1951 : Le Dindon de Claude Barma d'après Georges Feydeau : Jérôme1951 : Monsieur Octave film inédit de Maurice Téboul : Monsieur Octave1951 : Et ta sœur d'Henri Lepage : Maître Blaisois1951 : Le Passage de Vénus de Maurice Gleize : M. Virgile Séguin1951 : Poil de carotte de Paul Mesnier d'après Jules Renard : le parrain1951 : Trois Vieilles Filles en folie d'Émile Couzinet : Sébastien1952 : Monsieur Leguignon lampiste de Maurice Labro : M. Petitot1952 : Le Curé de Saint-Amour d'Émile Couzinet : Célestin le domestique1952 : La Danseuse nue de Pierre Louis : M. Charmois, l'impresario1952 : Mon mari est merveilleux d'André Hunebelle : le père Henri1952 : Grand Gala de François Campaux : M. Punch, le clown1952 : Le Trou normand de Jean Boyer : M. Testu, le bistrot1953 : Le chasseur de chez Maxim's d'Henri Diamant-Berger : le chanoine Merceu1953 : Faites-moi confiance de Gilles Grangier : Merlin,l'enchanteur1953 : La Famille Cucuroux d'Émile Couzinet : Jean, le valet de chambre1953 : Trois jours de bringue à Paris d'Émile Couzinet : M. Colladan1953 : Fièvre aphteuse, fléau mondial ou Au secours des bêtes, court métrage d'Édouard Logereau1953 : Maternité clandestine de Jean Gourguet : Pépère, le clochard1953 : Si Versailles m'était conté... de Sacha Guitry : un gardien de musée1953 : Tabor de Georges Péclet : l'aumônier1954 : Minuit... Champs-Élysées de Roger Blanc : M. Gilbert1954 : Le Congrès des belles-mères d'Émile Couzinet : Monsieur le maire1954 : Les Diaboliques d'Henri-Georges Clouzot : M. Drain, un instituteur1954 : Napoléon de Sacha Guitry : Hippolyte Passementier (scène coupée au montage)1955 : La Madelon de Jean Boyer : le curé1955 : Si Paris nous était conté de Sacha Guitry : M. Pierre Broussel1955 : Bonjour sourire de Claude Sautet : voix de Pierre Larquey, lançant le message à la radio1956 : Ah ! Quelle équipe de Roland Quignon : M. Pierre, le gardien du garage1956 : Assassins et Voleurs de Sacha Guitry : le maître nageur1956 : Les sorcières de Salem de Raymond Rouleau : M. Francis Nurse1957 : C'est arrivé à 36 chandelles d'Henri Diamant-Berger : lui-même1957 : Les Espions d'Henri-Georges Clouzot : le chauffeur de taxi1957 : L'Or de Samory film inédit de Jean Alden-Delos1958 : Mon coquin de père de Georges Lacombe : M. Breton1958 : La P... sentimentale de Jean Gourguet : le grand-père de Paty1958 : La Vie à deux de Sacha Guitry et Clément Duhour : Anselme, "scène coupée au montage"1959 : Soupe au lait de Pierre Chevalier : le pharmacien1959 : Par-dessus le mur de Jean-Paul Le Chanois : le trimardeur1959 : Ça n'arrive qu'aux vivants de Tony Saytor : le gardien de nuitAnnées 19601960 : Dossier 1413 d'Alfred Rode : M. Baranger chimiste biologiste1960 : Le Président d'Henri Verneuil : le vieil Augustin, cultivateur1961 : Les Bras de la nuit de Jacques Guymont : M. Belleau1961 : La Fille du torrent de Hans Herwig1961 : La Traversée de la Loire de Jean GourguetTélévision1952 : La Poudre aux yeux de Claude Barma1954 : Capitaine Alcindor de Albert Riéra1954 : Le Square des miracles de Jean-Jacques Vierne1955 : Le Cercle de Claude Loursais1956 : Une Enquête de l'Inspecteur Ollivier de Marcel Cravenne, épisode : Le chemin du canal1956 : Topaze de Jean Kerchbron1957 : Les Grands d'André Leroux1957 : L'Habit vert de Marcel Cravenne1959 : Les Vacances de Brutus de Michel Mitrani1960 : Les hommes proposent d'André Hugues1961 : Ôtez votre fille, s'il vous plaît de Marcel Cravenne - M. VerminoisThéâtre1922 : La Belle Angevine de Maurice Donnay et André Rivoire, Théâtre des Variétés1923 : Un jour de folie d'André Birabeau, Théâtre des Variétés1927 : Un miracle de Sacha Guitry, Théâtre des Variétés1928 : Topaze de Marcel Pagnol, Théâtre des Variétés1931 : Pile ou face de Louis Verneuil, Théâtre des Variétés1934 : Mon crime de Georges Berr et Louis Verneuil, Théâtre des Variétés1942 : Père d'Édouard Bourdet, Théâtre de la Michodière1944 : Monsieur chasse ! de Georges Feydeau, mise en scène Jean Darcante, Palace1947 : Savez-vous planter les choux ? de Marcel Achard, mise en scène Pierre Fresnay, Théâtre de la Michodière1957 : L'Habit vert de Robert de Flers et Gaston Arman de Caillavet, mise en scène Marcel Cravenne 1AnecdoteIl est le tout premier acteur à donner la réplique à Louis de Funès au cinéma, en 1945 dans La Tentation de Barbizon de Jean Stelli.Une émission de la série « Le Bon plaisir » lui a été consacrée et a été diffusée sur France Culture le 5 juin 1955 (rediffusée le 24 septembre 2010). Condition: Neuf, Sous-thème: Affiche de Cinéma, Caractéristiques: Couleur, Qualité: Bon

aealyat.com Insights aealyat.com Exclusif
  •  Popularité - 34 vues, 2.4 views per day, 14 days on eBay. Nombre élevé sur vues. 0 vendu, 1 disponible.
  •  Prix -
  •  Vendeur - 1.981+ articles vendu. 0% évaluations négative. Grand vendeur avec la très bonne rétroaction positive et plus de 50 cotes.
Articles similaires Items
Sitemap